Test – Sword & Fairy : voyage en Chine magique

Après le sympathique Xuan Yuan Sword 7, le studio chinois Softstar remet le couvert avec un nouveau RPG fantasque. Cependant, Sword & Fairy aura bien du mal à convaincre un public occidental…

Vous vous souvenez peut-être de Xuan Yuan Sword 7, le dernier opus d’une série de RPG “made in China” qui a eu une bonne poussée en Occident via l’éditeur Microids. Visiblement, le jeu ne s’est pas aussi bien vendu que prévu puisque le nouveau titre du studio chinois Softstar, Sword & Fairy : Together Forever, n’a pas droit à une édition physique chez nous. Cette fois, l’éditeur E-Home Entertainment se charge de distribuer le jeu en Occident, uniquement au format numérique.

Le monde fantastique du jeu a son charme.

Si vous aviez joué à Xuan Yuan Sword 7, en plus, précisons dès le début, Sword et Fairy ne jouent vraiment pas sur le même terrain. Bien sûr, il s’agit d’un RPG à monde ouvert, mais celui-ci est beaucoup plus scénarisé et axé sur l’histoire que le combat. Pendant les deux premières heures de jeu, vous n’affronterez que deux boss et une poignée d’ennemis…

Sword & Fairy souffre vraiment d’un problème structurel majeur. Le joueur est ici dans un monde ouvert plutôt petit, qui ne manque certes pas de vie mais qui en soi n’a aucun intérêt puisque, malheureusement, les missions vous amèneront à suivre un parcours bien défini. Fortement narratif, le jeu multiplie les dialogues et les cinématiques. Celles-ci sont entrecoupées de longs allers-retours entre diverses destinations, qu’on aurait franchement aimé zapper à cause des distances que cela nous oblige à parcourir. Les combats sont là, complètement en arrière-plan. Cependant, le jeu se veut assez nerveux avec un système de combat qui intègre des frappes rapides et puissantes et des attaques spéciales de différents types. Le joueur peut passer d’un personnage à l’autre et ainsi activer des attaques en chaîne dévastatrices. Malheureusement, en facile comme en normal, le niveau de difficulté est très bas au point que le jeu ne présente absolument aucun défi, même face à des boss qui sont la plupart du temps expédiés en quelques minutes de jeu…

Il faudra quelques QTE…

Plus de deux heures de jeu, vous passerez peut-être 10 minutes en combat. Le reste se résumera à de l’exploration, des allers-retours, et beaucoup de dialogues pas forcément très bien écrits. Dans l’ensemble, l’histoire qui nous est présentée n’est pas très intéressante. L’histoire nous plonge dans un univers médiéval fantastique dans lequel les divinités côtoient les démons et les humains. Le joueur devra prendre le contrôle de quatre personnages très différents, qui devront rétablir la paix dans le monde du jeu. Le problème est que le jeu est uniquement doublé en chinois, avec des sous-titres en anglais. Pour suivre le scénario, il faudra s’arrêter de jouer régulièrement pour lire les lignes de dialogue en bas de l’écran. Des dialogues souvent peu passionnants ou très bien écrits… Je vous le dis tout de suite, vous sauterez vite toutes les scènes…

Les combats sont amusants mais rares.

C’est d’autant plus dommage que l’univers magique du jeu est attractif. Nous pensons que beaucoup de travail a été fait pour essayer de nous immerger dans un univers cohérent. Les décors sont colorés et il y a de très jolis panoramas. Dans l’ensemble, la direction artistique du jeu est également assez inspirée et les visuels du jeu sont soignés. La finition, en revanche, laisse à désirer, avec de nombreuses erreurs graphiques, des coupures et même quelques petits ralentissements. Les armes à feu traversent les vêtements, il n’y a pas de synchronisation labiale pendant le dialogue et les personnages ne montrent aucune expression faciale. Bref, on pense que les développeurs ont essayé de bousculer un peu leur projet.

Les combats de boss ne sont pas un succès.

Cependant, les côtés sont nombreux, entre les collectibles, les nombreuses quêtes annexes, les dialogues de PNJ et l’exploration du monde, il y a de quoi faire. Le problème, comme nous le disions plus haut, c’est que l’histoire est très télécommandée et que la construction du jeu nous amène à faire beaucoup d’allers-retours pendant lesquels il ne se passe pas grand chose… l’ennui ne tarde pas point la pointe du nez vers lui. .

Les boss ne montent pas en niveau avec des attaques très faciles à éviter et des combats qui s’enchaînent en quelques dizaines de secondes… Dommage.

Si le potentiel était là, Sword & Fairy peine à convaincre, faute de finition et surtout d’une structure très mal pensée. Trop concentré sur la narration et pas assez sur les combats, le jeu de Softstar rate le coche. Malheureusement, il ne devrait intéresser que les quelques curieux passionnés de culture chinoise, qui découvriront un titre radicalement différent des RPG occidentaux. Cependant, nous ne pouvons que fortement leur conseiller de s’orienter davantage vers un Xuan Yuan Sword 7 s’ils en ont envie, ce qui est un peu plus convaincant dans sa structure.

conclusion

Plutôt réussi visuellement et charmant avec son univers fantaisiste et coloré, Sword & Fairy peine à convaincre, cependant, à blâmer pour le manque de finition et la mauvaise structure du jeu. Présenté comme un RPG à monde ouvert, le titre de Softstar est en fait un jeu cinématographique axé sur la narration qui vous fera faire des allers-retours pour accomplir des missions malheureusement sans intérêt. Très répétitif dans sa structure, le titre peine à donner le ton avec très peu de combats et des mécaniques dépassées. Le jeu précédent du studio, Xuan Yuan Sword 7, s’en est bien mieux tiré. Dommage, car l’univers est carrément adorable et il y avait un vrai potentiel.

_Suivez Geeko sur Facebook, Youtube et Instagram pour ne rien rater de l’actualité, des tests et des astuces.

Épée et fée : ensemble pour toujours

li { famille de polices : FontAwesome ; } .review-wu-bars ul li { display: inline-block; flotteur : gauche ; largeur : 8 % ; hauteur : 6px ; marge droite : 2 % ; } .rev-option ul li { margin-top : 0 !important; marge inférieure : 0 !important ; marge gauche : 0 !important ; remplissage gauche : 0 !important ; } .review-wu-bars ul { largeur : 100 % !important ; remplissage gauche : 0 !important ; marge : 0 0 15px 0 ; } .review-wu-bars ul li { arrière-plan : #E1E2E0 ; couleur : #E1E2E0 ; } .review-wu-bars ul.wppr-very-good li.colored { background: #8DC153; couleur : #8DC153 ; } .review-wu-bars ul.wppr-not-bad li.colored { background: #FFCE55; couleur : #FFCE55 ; } .review-wu-bars ul.wppr-weak li.colored { background: #FF7F66; couleur : #FF7F66 ; } ]]>

Nous aimons :

Bonne direction artistique

Dans l’ensemble assez sympa

Un univers convivial

On aime le moins :

Pas de doublage français ou anglais, uniquement des sous-titres FR

Des allers-retours incessants, très “simulateur de marche”

La partie de combat en arrière-plan

Une histoire captivante

Manque de finition

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *