La Suisse, larguée par le Cameroun, se porte bien grâce à Breel Embolo

Match : 1-0

Convaincu d’avoir constitué “la meilleure équipe nationale suisse de tous les temps”Murat Yakin a pris la parole “écrire l’histoire” au Qatar On ne peut pas dire que Nati ait impressionné en entrant dans la compétition contre le Cameroun jeudi, loin de là. Elle a même carrément souffert en première période, dominée physiquement et tactiquement par des Lions qu’on n’aurait pas cru apprivoiser. Mais à défaut de spectacle, il a fait preuve de réalisme : seul dans la surface au moment de recevoir un centre de Xherdan Shaqiri en début de seconde période, Breel Embolo n’a pas tremblé (48e). Et son but, qu’il n’a pas fêté (voir ci-dessous), a suffi au bonheur du Suisse, premier leader du groupe G avant le choc entre le Brésil et la Serbie (20h).

Ce tir de l’attaquant monégasque était le premier sur le but de Nati, puis il n’y en avait plus que deux, signés par Shaqiri (66e) et Granit Xhaka (89e). André Onana a fait ce qu’il fallait pour préserver les chances de son équipe, mais en vain car les Lions ont lentement perdu du terrain après une ouverture prometteuse de 45 minutes, dérivant dans un faux rythme. Comme son homologue Yakin, Rigobert Song était ambitieux et peut avoir des regrets. Volontaires, leurs joueurs ont manqué d’habileté dans le dernier geste de leur temps fort, comme Karl Toko Ekambi (10e) ou Eric Choupo-Moting (14e). Silvan Widmer est également intervenu de justesse dans les pieds de Toko Ekambi à la 35e minute, manquant de peu.

Le joueur : Embolo, héros malgré lui

Né à Yaoundé, Breel Embolo a grandi en Suisse, mais entretient encore de nombreuses attaches avec le Cameroun et a longtemps repoussé le choix de son équipe nationale. La chance du match nul ayant mis sa Nati sur la voie des Lions Indomptables, il avait annoncé qu’il ne montrerait pas sa joie s’il venait marquer jeudi, et il a tenu parole. Mais l’histoire de ce match restera forcément liée à la sienne, car c’est lui qui l’a débloqué à la 48e minute, du pied droit. Très inspiré dans ses déplacements, il aurait pu s’offrir un doublé sans un bon geste défensif d’André-Frank Zambo Anguissa à la 67e.

Embolo a marqué lors de chacun de ses trois derniers matchs de compétition pour la Suisse (deux fois dans la Ligue des Nations de septembre, une fois dans la Coupe du monde de jeudi), sa meilleure série avec Nati.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *